Une délégation du Centre Africain d’Études Supérieures en Gestion chez le Gouverneur de la Banque Centrale de la République de Guinée

Le Gouverneur de la BCRG, Dr Louncény NABE, accompagné de M. le Premier Vice-Gouverneur, Thierno Madjou SOW, a reçu en audience dans l’après-midi du mercredi 23 juin 2021, une délégation du Centre Africain d’Études Supérieures et de Gestion (CESAG) conduite par le Pr. Balibié Serge Auguste BAYALA, Directeur Général du CESAG. Il était accompagné des Dr. Abdoul Karim DIAW, Enseignant Chercheur, Dr. Lassana TIOTE, Enseignant Chercheur et Dr. Abdoulaye BAH, Recteur de l’Université Al Eamar de Guinée. L’Audience s’est déroulée en présence de MM. Ahmed Tidiane DIALLO, Directeur Général des Etudes et des Statistiques, Mohamed Mouctar CAMARA, Directeur de la Formation et du Renforcement des Capacités, Aziz FOFANA, Assistant du Gouverneur, et Makan DOUMBOUYA, Directeur Adjoint des Etudes et de la Recherche de la Banque Centrale de la République de Guinée.

En introduction, le Pr. Balibié Serge Auguste BAYALA, Directeur Général du CESAG, après avoir remercié M. le Gouverneur pour l’accueil qui leur a été réservé, a présenté les réformes entreprises depuis 2000 par son Institution en termes de formation en Banque et Finance et les appuis techniques dont il a bénéficié, dans ce sens, de la part de la Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) et de la Banque de France, entre autres. Il a indiqué également que le CESAG collabore avec la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) dans le cadre de l’organisation des journées d’inclusion financière, à travers des programmes de formation des élèves et des étudiants.

Par ailleurs, il a informé M. le Gouverneur qu’actuellement, son Institution assure une formation en finance islamique, et qu’elle a créé une Académie Ouest Africaine de la Finance Islamique. L’objectif étant d’accompagner les États dans les réformes dans ce domaine qui constitue une source importante de financement, avec des actifs estimés à plus de 2 500 milliards de dollars. Il a saisi l’occasion pour indiquer les possibilités pour la Guinée, d’attirer ces fonds, à l’image de certains pays de l’Union Economique et Monétaire de l’Afrique de l’Ouest (Côte d’Ivoire, Sénégal, Mali) qui ont pu mobiliser 750 milliards de francs CFA d’obligations islamiques Sukuk. Il a rappelé que plusieurs pays africains, notamment l’Algérie, le Maroc, les pays de l’UEMOA et le Kenya, ont réalisé des réformes réglementaires pour prendre en compte la spécificité de la finance islamique. Pour finir, il a sollicité une collaboration entre son Institution et la Banque Centrale de la République de Guinée, notamment dans les domaines de Renforcement des Capacités et des réformes réglementaires en matière de finance islamique.

En réponse, Monsieur le Gouverneur a remercié la délégation pour la visite. Il a indiqué que la Guinée et la BCRG en particulier, entretiennent depuis plusieurs années des relations étroites avec le CESAG où plusieurs cadres de notre Institution ont été formés. Pour ce qui est de la finance islamique, M. le Gouverneur a informé son hôte que l’idée fait son chemin. C’est dans ce sens d’ailleurs, a-t-il indiqué, que la BCRG avait envoyé deux cadres à la BCEAO pour s’inspirer de l’expérience de l’UEMOA dans le domaine de la réglementation en matière de finance islamique. Il a rassuré le Directeur Général du CESAG que la BCRG ne manquera pas de saisir très rapidement l’opportunité de coopération que lui offre son Institution aussi bien dans l’accompagnement sur les aspects réglementaires et de structuration qu’en matière de formation en finance islamique.

le Pr. Balibié Serge Auguste BAYALA, Directeur Général du CESAG, avant de prendre congé, a remercié Monsieur le Gouverneur pour l’accueil chaleureux et convivial qui a été réservé à sa délégation.                                                                        La Cellule de Communication

Un nouveau plan stratégique pour la Banque Centrale

Audience de Monsieur le Gouverneur de la Banque Centrale de la République de Guinée (BCRG).

Monsieur le Gouverneur de la BCRG, Dr Louncény NABE, a reçu en audience dans l’après-midi du lundi 23 novembre 2020, Son Excellence Monsieur Marc FONBAUSTIER, nouvel Ambassadeur de France en Guinée et en Sierra Leone, accompagné de M. Sofiane MABOUTH, son Conseiller économique. L’audience s’est déroulée en présence de M. Mohamed CONTE, Directeur des Relations Internationales, de la Banque Centrale de la République de Guinée (BCRG).
Empreinte de convivialité, cette audience s’est articulée autour des questions consulaires, économiques et d’intégration monétaire en Afrique de l’Ouest.
En introduction, Monsieur le Gouverneur a remercié Monsieur l’Ambassadeur pour son initiative, et lui a signifié combien il apprécie cette démarche. Ensuite, Monsieur le Gouverneur a apporté les éléments de réponses aux différents points abordés par Monsieur l’Ambassadeur de France, dans son intervention.
Dans le souci de répondre à un besoin d’information sur l’intégration monétaire au sein de la CEDEAO, Monsieur le Gouverneur a fait la genèse du processus d’intégration, non sans évoquer quelques vicissitudes inhérentes à la création de grands ensembles, le rôle de conciliation que joue la Guinée dans le processus, en raison de son statut particulier, et l’engagement des autorités guinéennes pour l’approfondissement de cette coopération, exprimé lors du dernier sommet virtuel des Chefs d’État et de Gouvernement, en juillet 2020.
Reprenant la parole, Monsieur l’Ambassadeur a exprimé sa satisfaction et son appréciation des éléments de réponses de Monsieur le Gouverneur, tout en rappelant que la position particulière de la Guinée, la prédispose à jouer le rôle de conciliateur dans le cadre de l’intégration monétaire en Afrique de l’Ouest. Il a encouragé Monsieur le Gouverneur à persévérer dans cette voie, et a réaffirmé sa disponibilité à œuvrer pour le renforcement des capacités de la BCRG, qui est pour lui un creuset de compétences. A ce propos, Monsieur le Gouverneur a informé Monsieur l’Ambassadeur que plusieurs cadres guinéens ont bénéficié des formations dans les Instituts et Écoles de la France.
Enfin, Monsieur l’Ambassadeur a exprimé sa volonté d’insuffler un nouveau dynamisme dans la coopération avec la BCRG de sa chancellerie, tout en invitant Monsieur le Gouverneur à ne pas hésiter d’échanger avec lui, sur les questions susceptibles d’approfondir les relations entre la France et la Guinée.
Avant de prendre congé, Monsieur l’Ambassadeur a déclaré être très touché par l’accueil chaleureux et convivial que Monsieur le Gouverneur lui a réservé.

La Cellule de Communication
Contact presse
BCRG
Moussa MANSARE
Responsable de la Cellule de Communication
Tél : (+224) 628 03 88 35
moussa.mansare@bcrg-guinee.org

A PROPOS DE LA BCRG

La Banque Centrale de la République de Guinée
(BCRG) est une institution qui œuvre à la définition et à la conduite de la
politique monétaire du pays. Dans la consolidation de l’économie, et le
maintien de la stabilité des prix, la BCRG opère de façon autonome et apporte
ainsi son soutien à la politique économique du Gouvernement de la République de
Guinée en vue d’une croissance économique saine et durable.

Réunion de prise de contact du Comité de Politique Monétaire de la BCRG

Par Décret D 2020/163/PRG/SGG, en date du 17 juillet 2020, et conformément au Statut de la BCRG, le Président de la République, Pr Alpha CONDE, a nommé les membres du Comité de Politique Monétaire (CPM) de la Banque Centrale de la République de Guinée.
Il s’agit de :

  1. Dr Louncény NABE, Gouverneur de la BCRG, Président ;
  2. M. Thierno Madjou SOW, Premier Vice-Gouverneur, Membre ;
  3. M. Baidy ARIBOT, Deuxième Vice-Gouverneur, Membre
  4. M. Sékou Falil DOUMBOUYA, Ingénieur Statisticien Économiste, Membre ;
  5. M. Mamadou Bailo BALDE, Ingénieur Statisticien Économiste, Membre ;
  6. M. Aboubacar KABA, Ingénieur Statisticien Économiste, Membre ;
  7. M. Lancinè CONDE, Macro économiste, Membre

C’est ce Comité qui a tenu, le mercredi 07 octobre 2020, sa réunion de prise de contact au titre de l’année 2020, à la Banque Centrale de la République de Guinée (BCRG), sous la présidence de Dr. Louncény NABE, Gouverneur de la BCRG, Président du Comité.
A l’exception d’un membre, en mission, cette première rencontre a connu la participation effective de tous les autres membres du Comité.
L’objectif de cette réunion de prise de contact était de présenter les membres et les objectifs du Comité de Politique Monétaire au Cabinet de la BCRG.
Prenant la parole, le Président du Comité de Politique Monétaire de la BCRG, Dr Louncény NABE, a salué et remercié le Chef de l’État pour la nomination des membres de cet organe statutaire de la BCRG « chargé de la définition de la politique monétaire et de ses instruments ainsi que des autres missions qui lui sont dévolues ». Dans la même logique, il a tenu à rappeler les attentes et le rôle que le Comité est appelé à jouer pour redynamiser le dispositif de mise en œuvre de la politique monétaire de la BCRG.
Les membres du Comité, après s’être présentés tour à tour, ont chacun remercié le Chef de l’État, le Pr Alpha CONDE, pour la confiance placée en eux. Ils ont, par ailleurs, réaffirmé leur volonté de ne ménager aucun effort pour apporter leur meilleure contribution à l’accomplissement des tâches qui leur sont dévolues.
« Les résultats issus des différentes sessions de ce Comité, dans les jours, mois et années à venir, permettront, j’en ai la conviction, la mise en œuvre et le renforcement d’une politique monétaire et financière stable et durable pour le bénéfice de notre pays… », a conclu le Président du Comité de Politique Monétaire, Dr Louncény NABE.
Les membres du Comité ont reçu la documentation leur permettant de se familiariser avec le dispositif existant, ainsi que les attributions du CPM.
La prochaine réunion du Comité se tiendra à une date qui sera communiquée ultérieurement.

La Cellule de Communication

41ème Session du Conseil d’Administration de la Banque Centrale de la République de Guinée

Conakry, le 14 Août 2020


Le Conseil d’Administration de la Banque Centrale de la République de Guinée (BCRG) s’est réuni, le 14/08/2020, par visioconférence, sous la présidence de Dr. Louncény NABÉ, Gouverneur de la Banque Centrale, Président du Conseil.
Au cours de cette session, le Conseil a examiné notamment le Procès-verbal de la 40ème session ordinaire du CA du 30 juin 2020, la répartition du bénéfice de l’exercice clos le 31 décembre 2019 et les rapports de conformité.
Le Conseil a pris acte de la nomination de Monsieur Billy Nankouma DOUMBOUYA, juriste, comme membre du CA en remplacement de M. Louseny CAMARA, élu député à l’Assemblée Nationale. Les félicitations et souhaits de réussite dans sa nouvelle fonction d’administrateur de la Banque Centrale lui ont été adressés par le Président du Conseil, au nom des membres.
Invités pour l’occasion, le Directeur Général des Finances et de l’Informatique et celui du Contrôle Permanent ont, tour à tour, pris la parole. Le premier, pour présenter le projet de répartition du bénéfice de l’exercice 2019, et le second pour présenter la synthèse du rapport de conformité législative de la BCRG au 30 juin 2020, du rapport spécial de conformité 31 juillet 2020 et du rapport sur le suivi du dispositif interne de Lutte contre le Blanchiment de Capitaux/Financement du Terrorisme (LBC/FT).
S’agissant de la répartition du bénéfice de l’exercice 2019, le Conseil a retenu les critères ci-après :
• Les termes du protocole de la recapitalisation signé entre l’État et la BCRG ;
• L’article 85 alinéa 3 du statut de la BCRG relatif à la répartition du résultat bénéficiaire ;
• Les besoins de financement des différents programmes d’investissement de la Banque.
Ainsi, pour renforcer l’autonomie financière de l’Institution, le bénéfice a été réparti entre les différentes rubriques des fonds propres.
S’agissant des rapports de conformité et du Comité LBC/FT au 30 juin 2020, le Conseil a noté qu’ils ont été produits sur la base d’un référentiel de textes dont notamment, la Loi portant Statut de la BCRG, la Loi portant code du travail et le Protocole signé entre la BCRG et l’État guinéen portant recapitalisation de la BCRG. Les six dispositions de conformité identifiées sont les suivantes :
• Niveau de conformité moyen sur l’article 77 bis portant sur la mise en place d’un Conseil de Cabinet par le Conseil d’Administration de la BCRG ;
• Niveau élevé sur l’article 36 concernant les avances statutaires à l’État ;
• Niveau moyen sur la recapitalisation de la BCRG en raison de la non transmission des titres de recapitalisation nonobstant la comptabilisation des intérêts annuels liés à cette recapitalisation ;
• Niveau faible de l’article 45 sur la mise en place des membres du Comité de Politique Monétaire à la date du 30 juin 2020 ;
• Niveau élevé sur l’article 35 concernant les engagements par signature en faveur du secteur privé à la demande du Trésor public ; et
• Niveau élevé sur l’article 231 du code du travail sur la mise en place d’un Comité de Sécurité Sanitaire.
Le rapport spécial de conformité au 31 juillet 2020 ressort les avancées remarquables entre le 30 juin et le 31 juillet 2020. Il s’agit notamment de la nomination par décret présidentiel des membres du Comité de Politique Monétaire et de l’atteinte par la BCRG, du niveau de conformité élevé sur l’article 45.
Le rapport du Comité LBC/FT au 30 juin 2020 passe en revue le dispositif de veille qui, en dépit de la pandémie de la Covid 19, a poursuivi les activités et réalisé des actions qui ont permis de préserver l’image de la BCRG et de maintenir des relations de confiance avec les partenaires.
A l’issue des échanges, le Conseil adopte à l’unanimité des membres présents et représenté :

  1. Le Procès-Verbal de la 40ème session du 30 juin 2020 ;
  2. La répartition du résultat de l’exercice 2019 de la BCRG ;
  3. Les rapports suivants :
    • Rapport de Conformité du 30 juin 2020.
    • Rapport spécial de conformité au 31 juillet 2020.
    • Rapport sur l’implémentation du dispositif interne de LBC/FT.

Contact presse

BCRG
Moussa MANSARE
Responsable de la Cellule de Communication
Tél : (+224) 628 03 88 35
moussa.mansare@bcrg-guinee.org

À PROPOS DE LA BCRG
La Banque Centrale de la République de Guinée (BCRG) est une institution qui œuvre à la définition et à la conduite de la politique monétaire du pays. Dans la consolidation de l’économie et le maintien de la stabilité des prix, la BCRG opère de façon autonome, et apporte ainsi son soutien à la politique économique du Gouvernement de la République de Guinée en vue d’une croissance économique saine et durable.

Discours du Gouverneur en Sierra Leone

  • Monsieur le Représentant du Gouvernement de la Sierra Leone ;
  • Messieurs les Gouverneurs des Banques Centrales ;
  • Monsieur le Commissaire Chargé des Politiques Macro-économiques et de la Recherche Economique de la Commission de la CEDEAO ;
  • Madame la Directrice Générale de l’IMAO ;
  • Monsieur le Directeur Général de l’AMAO ;
  • Monsieur le Directeur Général du WAIFEM ;
  • Mesdames et Messieurs les Représentants des Institutions Régionales, Africaines et Internationales ;

Mesdames et Messieurs les Délégués,

Honorables invités,

C’est avec un réel plaisir et un insigne honneur que je prends la parole pour souhaiter à toutes et à tous la bienvenue à cette 40ème réunion du Comité des Gouverneurs des Banques Centrales des pays membres de la Zone Monétaire de l’Afrique de l’Ouest.

Je voudrais tout d’abord, au nom des Gouverneurs et des délégations qui les accompagnent, et en mon nom personnel, exprimer mes sincères remerciements et ma profonde gratitude à son Excellence Julius Maada BIO, Président de la République de Sierra Leone, au Peuple et au Gouvernement Sierra Leonais, ainsi qu’au Gouverneur de la Banque de Sierra Leone, pour l’accueil chaleureux et les facilités qui ont été mises à notre disposition depuis notre arrivée dans ce beau pays, à l’hospitalité légendaire.

Je voudrais également vous adresser à tous mes vifs remerciements pour avoir bien voulu honorer de votre présence ce grand rendez-vous sous-régional, qui témoigne de l’intérêt que vous attachez à notre projet commun. 

Permettez-moi d’étendre ces remerciements au personnel de l’Institut Monétaire de l’Afrique de l’Ouest (IMAO), avec lequel j’ai œuvré pendant ma présidence pour le suivi des décisions de la 42ème réunion du Conseil de Convergence.   

Votre présence démontre votre engagement à porter le processus d’intégration monétaire de la CEDEAO vers des succès encore plus grands, en dépit des vicissitudes inhérentes à la construction des grands ensembles.   

Comme vous le savez, la création d’un espace économique et monétaire viable est un chantier très complexe à réaliser. Même les espaces économiques et monétaires les plus réussis au monde ont alterné, dans leur processus, des phases de progrès et de difficultés.

En tout état de cause, la conviction de la Guinée est que notre volonté de faire aboutir ensemble le Programme de coopération monétaire de la CEDEAO l’emportera sur les incompréhensions momentanées. Nous devons chaque fois tirer leçons de nos divergences, pour rendre irréversible le processus d’intégration de notre sous-région.

Honorables Gouverneurs,

Mesdames et Messieurs,

En 2019, l’activité économique de notre zone s’est améliorée dans, un contexte de morosité de l’économie mondiale. Le taux de croissance économique est estimé à 2,6 % contre 2,3 % en 2018. Cette amélioration est le résultat de la mise en œuvre de politiques économiques appropriées dans nos différents pays.

Cependant, l’évaluation de la performance des Etats membres en matière de convergence macroéconomique indique que la plupart des pays n’ont pas respecté tous les critères de premier rang. Seule la Gambie a respecté les quatre critères de convergence de premier rang. Le Ghana, le Liberia et la Guinée ont respecté trois critères chacun, tandis que le Nigéria en a respecté deux. C’est le lieu de rappeler que le respect des critères de convergence sur une base durable reste un défi majeur à relever. 

En dépit de ce contexte, je reste convaincu qu’avec l’engagement sans réserve de nos pays pour la mise en œuvre effective du Programme de Coopération Monétaire de la CEDEAO, les résultats ne pourront que s’améliorer. A ce titre, je voudrais saluer les efforts consentis depuis quelques années par les Banques Centrales de la Zone pour stabiliser  monnaies nationales, limiter le financement monétaire des déficits budgétaires, et contenir les pressions inflationnistes.

Honorables Gouverneurs,

Mesdames et Messieurs,

Sur le plan institutionnel, des décisions importantes ont été prises en 2019, notamment le choix du nom de la future monnaie commune  (l’ECO), l’adoption d’un régime de change flexible, d’un cadre de politique monétaire axé sur le ciblage de l’inflation, du modèle fédéral de Banque Centrale ainsi que du nom de cette Institution (Banque Centrale de l’Afrique de l’Ouest (BCAO). Ces résultats constituent des avancées majeures vers notre objectif commun, et traduisent la volonté politique des chefs d’État et de Gouvernement de la Zone de faire de la CEDEAO un modèle en Afrique.

Malgré ces avancées, force est d’admettre que le chemin reste encore long, et qu’il est parsemé d’embuches. C’est en agissant de concert et en fédérant nos énergies que nous parviendrons à transcender ces écueils et à relever des défis encore plus grands.

Il est motivant de constater que le projet de création de la monnaie commune dans notre espace continue de susciter un immense espoir pour les populations. Nous avons le devoir d’apporter des réponses aux multiples questions que se posent ces populations. L’une des voies les plus appropriées dans ce sens est l’élaboration de véritables stratégies de communication à l’endroit de nos concitoyens, toutes catégories confondues, pour susciter à leurs niveaux la confiance indispensable à la viabilité de la coopération monétaire de la CEDEAO. Leur adhésion au projet communautaire est en effet un gage de succès.

Honorables Gouverneurs,

Mesdames et Messieurs,

Durant ma présidence, j’ai veillé, avec l’appui de l’IMAO, au suivi de l’application des décisions de la 42ème réunion du Conseil de Convergence, tenue le 23 août à Conakry. A cet égard, il faut saluer l’opérationnalisation du Collège des Superviseurs des Institutions Financières Non Bancaires de la ZMAO, laquelle a tenu sa réunion inaugurale, du 13 au 15 novembre 2019, à Accra ; l’élaboration d’un cadre de SWAP de devises pour la facilitation des échanges intra zone ; l’engagement par l’IMAO des démarches de mobilisation de ressources pour l’utilisation de l’Identifiant Bancaire Unique.

En outre, dans le souci de contribuer à l’accélération de l’harmonisation des statistiques, qui est une activité de la feuille de route révisée, j’ai eu des échanges avec AFRISTAT qui m’a assuré de sa disponibilité à travailler avec les institutions en charge de cette activité. Sur ma demande, AFRISTAT a pris contact avec l’IMAO et l’AMAO. La question est également inscrite à l’ordre du jour de la réunion du Comité des Gouverneurs des Banques Centrales des États membres de la CEDEAO, sur instruction de Monsieur le Président en exercice.

J’ai la ferme conviction que mon successeur poursuivra les chantiers en cours, en vue d’accélérer la mise en œuvre des activités prévues dans la feuille de route.

Je suis persuadé que cette rencontre de Freetown sera une étape importante dans la recherche des voies et moyens nécessaires à l’aboutissement du processus d’intégration monétaire dans l’espace CEDEAO.

Pour terminer mon allocution, je voudrais encore une fois vous remercier tous de votre soutien pendant ma présidence. Je vous invite à continuer d’apporter le même soutien à mon successeur.

Je souhaite plein succès aux présents travaux.

Je vous remercie de votre aimable attention

Dr Louncény NABE